[Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud

squekky

  • Adulescent inside
  • Waffou
  • what's my age again
  • Messages: 3 682
[Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« le 14 Octobre 2010 à 04:19 »
Je sais par avance que ce topic ne sera que tres peu alimenté et qu'il ne concernera au grand maximum une ou deux personnes. Si on dépasse les trois je pose en slip !!!

Donc 2010 is over et 2011 arrive avec la saison estivale. Cette année il y a du lourd et du tres tres lourd en Océanie. Je vais rester sur quelque chose de généraliste. Pour les Festivals Ménalesiens ca sera dans le topic Kanaki.

Donc au programme on a :
Tool
Rammstein
Deftones
et des rumeurs sur Soundgarden

La liste compléte
http://www.bigdayout.com/lineup/index.php

Need for me mais il faut que je joue sur les congées et que je fasse un choix avec le soundwave festival.

Et lui il s'adresse a tous les fans de métal regardez cette tête d'affiche :

Slash
Iron Maiden
Devildriver
Rob Zombie
Ill Nino
One day as a lion
Primus
Sum 41
Pennywise
36° Crazyfist
Stone sour
Slayer
Queen of the stone age

http://www.soundwavefestival.com/lineup

Bref là ca envoit du paté mais severe de chez severe.

Donc cette année l'australie fait tres mal niveau festivals et je sens que sur Sydney ca va bien Jumper.


You're pretty when i'm drunk.

kgeg

  • Naturellement riche en fibres
  • Waffou
  • Il en perd sa moumoutte le mamouth !
  • Messages: 5 632
Vous n'avez aucune passion.

squekky

  • Adulescent inside
  • Waffou
  • what's my age again
  • Messages: 3 682
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #2, le 22 Octobre 2010 à 00:02 »
Rammstein... C'est bon ><. En tout cas c'est pas eux que je pleure mais Soundgarden et Tool... Bordel il faut que j'arrive à gérer mes vacances...

Et pour Deftones... Putputput. La derniere fois que je les ai vu c'était à Montpel pour le White Pony Tour avec Taproot et Linkin Park... Bordel presque dix ans...

Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #3, le 28 Novembre 2011 à 05:40 »
2012 va commencer sur les chapeaux de roues !!!

Je me fait le Big Day Out 2012 à Sydney avec en tête d'affiche...

Soundgarden  :yahou: Ca va être révolution dans le caleçon. Surtout qu'on rajoute Noel Galagher, My Chemical Romance, Miss Kittin. Ca va être euphorique.

Et 5 jours plus tard c'est Incubus !!!

Ca va être la patate atomique !!!

Comme j'ai hate !!!
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #4, le 19 Février 2012 à 21:34 »
Review du Big Day Out 2012 sur W Fenec

http://www.w-fenec.org/festivals/big-day-out,7301,big-day-out-2012.html

Big Day Out = 20 ans. Plus vieux que le W-Fenec lui-même, le festival de musique majeur de l'hémisphère sud fêtait son vingtième anniversaire. Impossible que ce vieux fenec en soit ? Pas sûr, enfin pas tout à fait. Du coup, on a dépêché en envoyé spécial sur la date principale du fest'. Oui, on est comme ça nous. Petit récit de l'aventure.
Il y a des festivals qui ne font pas beaucoup de bruit de l'autre côté de la planète (et notamment pour les lecteurs européens du W-Fenec) mais qui soufflent pourtant leurs vingt bougies. En même temps, c'est le monde à l'envers ici : pendant que l'hémisphère nord passe sous la tutelle de l'hiver, l'hémisphère sud se positionne sous le sunshine des tropiques (oui, fallait l'oser celle-là). Et depuis 1992, un drôle de festival arpente les routes de l'Australie (et de la Nouvelle Zélande). Il s'agit du Big Day Out qui fait danser l'ensemble des grandes villes du Pacifique Sud (Auckland, Brisbane, Gold Cost, Sydney, Melbourne, Perth). Il ne va sans dire que chaque année le niveau monte toujours d'un cran pour arriver aujourd'hui à ce qu'il est devenu, c'est à dire un grand événement. Pour cela, l'équipe de W-Fenec a dépêché un envoyé très spécial pour couvrir la plus grosse date de la tournée, celle du 26 janvier, se déroulant à Sydney et qui s'annonçait juste cataclysmique. Les têtes d'affiches font rêver et si on ajoute à cela la fête nationale australienne, on obtient un mouvement de foule de plus de 250 000 personnes. Oui Monsieur !

L'ambiance est à son comble. Nous sommes en plein milieu de l'été et la chaleur torride qui règne en ce moment s'affiche à travers l'ensemble des mini shorts et légers hauts que porte l'ensemble de la gent féminine dans l'enceinte du Park Olympique. Un stade comprenant deux scènes, un hangar de plus de 1000m², deux scènes extérieures, un village de fastfood et de boutiques, sans compter les nombreuses attractions qui habillent l'ensemble du site. Nous sommes véritablement dans un autre monde où la bière coule à flots ininterrompus ainsi que la boisson officielle de la tournée, à savoir un mélange chimique de vodka et d'ananas.
Parmi les artistes présents en cette belle journée, le choix se fait assez rapidement et les concerts s'annoncent démentiels surtout du côté de la scène principale disposée dans le stade. Des groupes australiens ouvrent le bal mais c'est à 15h que l'artillerie lourde est lancée. The Living End arrive sur scène pour un show de quelques quarante cinq minutes. Chris, Scott et nous délivrent un set puissant qui illustre l'ensemble de la tournée de leur dernier opus The ending is just the beginning repeating. Le trio ne fait pas dans la demi-mesure à l'image de Scott malmenant comme il se doit sa contrebasse. Il ne sera d'ailleurs pas le seul vu que par moment Chris s'en sert comme un escabeau pour dominer l'ensemble de la foule. "Song for the lonely" fait monter la sauce, le public danse et reprend en chœur tous les classiques de la formation tels que "Machine gun" ou encore "Prisoner of society". Néanmoins, les australiens ne n'arrêtent pas là en nous offrant une reprise punk de l'hymne national local avant d'enchainer avec la reprise de "Breed" de Nirvana. L'euphorie est là et le show touche bientôt à sa fin. Le public est désormais chaud comme la braise.



Pas le temps de souffler que déjà sur l'autre scène My Chemical Romance prend place. Et les dilemmes commencent à se faire sentir car au même moment OFWGKTA ainsi que Miss Kittin se trouvent dans la Purple Zone (le fameux hangar de 10000m²). Sous ce soleil de plomb, l'appel de la bière se fait sentir mais dans la fosse l'accès des bars est limité, tant pis pour nous. Une heure plus tard, c'est à Kasabian de retourner le stade. Dans la fosse, la foule est prête pour accueillir les anglais qui reviennent une nouvelle fois ici mais pour défendre cette fois-ci, Velociraptor !, leur nouvel album. La bande de Tom Meighan inaugure le set avec "Days are forgotten" avec un intense plaisir à l'image d'un Sergio Pizzorno en mode "John Lennon hippie sur le retour" et d'un Tom qui nous fait de plus en plus penser à Dave Gahan (Depeche Mode). Les grands titres se succèdent sous les acclamations de la foule. Puis surgit "Underdog" où l'ambiance explose pour laisser place à une hystérie générale. Le public australien est aux anges et ses interactions avec la foule sont de plus en plus flagrantes. Il faut dire que Kasabian a 45 minutes pour mettre le feu avant l'arrivée des deux têtes d'affiches de ce vingtième Big Day Out. Et ils ne s'en privent pas avec l'immense "Club Foot" et "Re-wired". Le set est puissant et le final arrive à grand renfort de riffs et de titres faits pour que l'audience puisse lâcher tout ce qu'elle a dans le ventre. C'est l'heure du Pal et "Vlad the Impaler" vient annoncer la clôture du show. C'est à ce moment où "Dave Gahan" demande au public de s'assoir. Les premières notes de "Fire" arrivent et, au bout d'une minute, le public se lève et se met à danser sous les riffs accrocheurs de Sergio. Il y a pas à dire, Kasabian connait bien son affaire, pour preuve le public en extase reprend en chœur le refrain.


BDO 2012 : dans le stade, c'est encore l'été...
La nuit commence à tomber et les festivaliers se concentrent désormais sur la deuxième scène. C'est l'heure de prendre une bonne dose de 90's, d'embrasser la cause de Seattle. Une renaissance que personne ne croyait et pourtant cette fois ça y est : Soundgarden is back ! L'équipe de Cornell est de retour sur le sol australien pour ce Big Day Out. Et dans le public, une nouvelle génération est présente malgré ces longues années d'absence du quartet. Et quand les lumières tombent, l'introduction de "Black rain" retentit dans le stade avant de laisser sa place à "Searching with my good eyes". Le groupe répond bel et bien aux attentes et donne ce qu'il a dans le ventre. Chris Cornell n'attend pas pour déchainer la fosse avec le titre "Spoonman". Ça bouge et le sourire est présent sur tous les visages. Mais ça ne suffit pas, Matt Cameron nous lâche l'incontournable roulement de "Jesus Christ Posse". Et il n'en faut pas plus pour mettre l'audience en émoi. C'est un pogo géant qui prend vie dans la fosse sous les feux de lumières qui reprennent la jaquette de Badmotorfinger. Suite à cela, le groupe fait redescendre les mouvements du public avec un "Blow up the outside" et un "Fell on black days" qui permet à Matt Cameron de se placer à côté des deux guitaristes laissant vacant sa place derrière les futs pour admirer la foule en transe face aux groupe. Les grands classiques s'enchainent, "Outshined", "Rusty cage" ou encore "Burden in my hand". Pour le final, les américains nous offrent l'hymne "Black hole sun" avant de conclure avec "Slaves & bulldozers". Cet épilogue se fait avec les images des couvertures de Telephantasm (single et best of). Une ambiance unique qui nous montre que le groupe est là et qu'il est prêt à revenir. Chose dites à la vue des promesses que nous a lancées Chris Cornell.

Nous quittons l'enceinte du stade qui est pleine à craquer pour laisser place à Kanye West. Il est bientôt 22h et le festival rentre dans sa dernière ligne droite. Et face à la pointure médiatique, il y a Cavalera Conspiracy qui signe ici sa première venue sur le sol Australien tout comme Noel Gallagher's high flying birds. La sentence sera brève, Cavalera Conspiracy est à oublier. Heureusement que Marc Rizzo est là pour relever le niveau instrumental. Nous faisons l'impasse au bout de trois titres tout en ayant quand même attendu le "Refuse resist" pour revoir Max et Igor ensemble. Pour la suite, nous nous dirigeons vers la dernière scène pour voir ce que vaut Noel Gallagher (Oasis) sans son frangin.
Je ne cacherai pas que ce fut une bonne surprise. Son nouveau groupe est extrêmement accessible et plaisante avec la foule sur les titres qui s'enchainent et sur les reprises d'Oasis. Il faut reconnaitre que le bougre a un certain charisme sur scène. Il commence le show avec "It is good to be free" où le public réagit à chacune de ces interventions. Cependant, nous sommes nombreux à vouloir découvrir les nouvelles compositions sur scène et n'en sommes point déçu avec "Everybody's run" ou encore le premier single "The death of you and me". Les titres sont taillés pour le live mais également pour une ambiance intimiste. Et c'est ce qu'on retrouve sur cette scène excentré où le public est installé sur l'herbe sous les étoiles. Les titres s'enchainent et arrive l'incontournable "Don't look back in anger" qui provoque une envolé de l'ensemble du public. Tout le monde chante en chœurs pour cette dernière chanson du festival. Minuit approche et il sera bientôt temps de partir.

Que dire pour ces vingt ans ? Tellement de choses. Le projet est devenu aujourd'hui une immense machine dotée d'une infrastructure à faire pâlir certains festivals du vieux continent. Le projet est tellement bien ficelé qui permet à chacun de profiter comme il se doit de ces instants de partages. Les scènes sont éclectiques, tout comme les divertissements qui sont proposés. Cette année, Tony Hawk était présent sur le skate park du festival pour des démonstrations, tout comme les grandes marques qui elles aussi étaient présentes dans les stands. Le Big Day Out est vraiment le rendez-vous océanien pour les amateurs de musique(s), tous styles confondus.
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #5, le 8 Août 2012 à 01:27 »
Hop saison estival 2013 ok

Le 24 fevrier je suis à Sydney pour :

le Soundwave festival



Metallica ok, mais merde Blink, Sum Offspring et Perfect Circle !!! ca va être bondage extrême  :p

Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #6, le 23 Août 2012 à 02:31 »
J'ai mes places je me fait le soundwave à Sydney avec :

Metallica
Offspring
Blink 182
Linkin Park
A Perfect Circle
Slayer
Anthrax
Stone Sour
Sum 41
Dragon Force
Bring me the Horizon
Cypress Hill

et bien d'autres.

Je suis E.R.E :classe:


You're pretty when i'm drunk.

kgeg

  • Naturellement riche en fibres
  • Waffou
  • Il en perd sa moumoutte le mamouth !
  • Messages: 5 632
Vous n'avez aucune passion.

Urumi

  • Monomaniaque
  • Waffou
  • HD-ready
  • Messages: 4 223

kgeg

  • Naturellement riche en fibres
  • Waffou
  • Il en perd sa moumoutte le mamouth !
  • Messages: 5 632
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #9, le 23 Août 2012 à 11:51 »
Citation de Urumi le 23 Août 2012 à 11:46
Tiens, Metallica, ils ont encore une actualité ou ils tournent sur leur fond de répertoire ? (Même question pour Offspring, tiens.)
Y'a leur collaboration avec  Lou Reed, j'en ai rien entendu, les critiques par contre sont pas très gentilles...
Vous n'avez aucune passion.

squekky

  • Adulescent inside
  • Waffou
  • what's my age again
  • Messages: 3 682
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #10, le 23 Août 2012 à 21:57 »
Metallica c'est par rapport au 20 ans du Black Album.
Et pour The Offspring ils ont sorti un album en juillet qui sonne comme du offspring pas la révolution mais bon un opus tous les cinq pour le complément retraite ca leur fait pas de mal.

Sinon dans la liste on peut ajouter Pucifer :yes:
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #11, le 7 Février 2013 à 03:19 »
Voici mon programme pour le soundwave festival à Sydney :

a journée type du 24 fevrier...
-Reveil frais comme un gardon
-10h arrivée à l'olympic park de Sydney
-11h Red Fang en live
-12h Dragon Force
-13h Anthrax
-14h Tomahawk
-15h Bullet for my valentine
-16h All time Low
-17h Killswitch engage
-18h A perfect Circle
-19h Garbage
-20h Métallica 2h de black album !!!
-22h direction les pubs pour se remettre des émotions !!!

A cela on rajoute le 20 fev Blink 182 à l'aréna de Sydney
Le 25 fevrier Duff Mckagan
Le 26 A perfect Circle à l'opera.

Oui vous pouvez me haïr...

Mais bon le 25 aout je serais avec vous à Rock en Seine ^^.
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #12, le 3 Mars 2013 à 12:18 »
Il est 10h du matin et dans la gare centrale de Sydney règne une ambiance inhabituelle. Il suffit de regarder pour voir que les gens qui fréquentent ce lieu ne sont plus les éternels working man ou girls habillé en costume trois pièces. Non en ce dimanche nuageux, les personnes qui se dirigent vers les quais arborent des t-shirts de Slayer, Anthrax, Metallica, Motorhead et autres grand noms du rock métal. Et face à ce raz de marée humain la gare de Sydney c’est mis à la page. Pas moins de cinq quais sont dédiés pour desservir en train le site de l’Olympic park. Un train part toutes les cinq minutes pour amener sur place les quelques 250 000 personnes attendus (la population de l’ile d’à coté c'est-à-dire la nouvelle calédonie).


Et arrivé sur place l’ambiance donne le ton. Il fait une chaleur écrasante malgré la couverture nuageuse. Comme chaque année le festival est réglé comme du papier à horloge. Les aficonados des guitares saturés n’attendent pas pour entrer dans le lieu sacré saint de la grande communion du rock n roll !!! Pour cette année les organisateurs n’ont pas lésiné sur la place. Ils se sont appropriés l’ANZ Stadium (capacité gradin et pelouse 114 000 personnes) et  le Sydney Showground (capacité gradin et pelouse 50 000 personnes). Mais en plus de ces deux grands stades, qui accueillent les scénes 1 & 2. L’équipe du Soundwave a aussi disposé quatre autres scénes sur l’ensemble du park. Ces dernières en cumulés peuvent accueillir plus de 100 000 personnes. Oui c’est çà la démesure australienne. Mais bon c’est bien beau de parler du décor. Mais sur scéne qui était donc les têtes d’affiches de cette septieme édition. Et bien cette année ce fut de l’old school mais quel old school. Metallica, Blink 182, A perfect Circle, Garbage, Paramore, Anthrax, Slayer, Sum 41, Cypress Hill, Bring me The Horizon, Tomahawk, Red Fang, DragonForce, Billy Talent, Bullet for my Valentine, The BlackOut, Offspring, Duff Mckagan Loaded, MadBall… Oui ce n’est pas de la demi mesure. Et  tout çà va s’enchainer pour les douze heures qui vont suivre.

Dés l’arrivé mon attention se pose sur Red Fang. La bande de Aarow Beam ouvre les festivités pour un set de 45 minutes bien burné pour faire vibrer le dancefloor. Le public est déjà dans la place et il est réactif. Malgrés les interdictions de pogotter et de slammer les australiens bravent les interdits pour bouger aux rythmes violent des breaks de John Sherman.  Le set est propre et carré, la mise en bouche fait plaisir. Cependant il est temps de partir sur la scéne 1 pour assister à la fin du set de the Blackout. Les Gallois n’ont pas leurs langues dans la poche. Ils savent qu’ils ont la dure tache d’ouvrir les festivités dans l’ANZ Stadium qui est pour le moment désert. Et oui le public n’est pas encore à son maximum et les australiens errent entre  les différentes scènes. Cependant leur public est là et il répond présent sur les différents hits du combo. Néanmoins la foule arrive. Mais cette dernière est faites de bon trentenaires qui sont là que pour une chose. Le Show de Anthrax, malgré le départ récent de Rob Caggiano, l’un des groupes des big four annonce la couleur du spectacle à venir. Et les fans ne vont pas être déçut. Le show commence avec Caught in a mosh, le ton est donné et la foule jumpe sous les riffs accrocheur de Scott Ian. Aucune minute de répits n’est proposé. Et pour accentuer la chose Joey Belladonna s’amuse avec les cameramans qui suivent le concert. Ces derniers ne sont pas maitre de leurs choix. Dés qu’il peut Joey les bouge pour qu’ils filment le public. Le public est ravis voir même conquis. Et là quand le troisiéme titre s’annonce la fibre française se reveille. C’est Antisocial, le hit de Trust repris à la sauce americaine. Bon les quelques frenchis présent dans la fosse l’ont chanté en Français. Mais pas assez fort pour se faire entendre. Mais le show ne s’arrette pas là. Pour remercier les fans australiens, le groupe se lance dans un hommage à AC DC en reprennant le titre T.N.T. Et oui nous sommes en plein milieux des années 80. Mais cela fait plaisir surtout quand le groupe se donne à son maximum pour éléctriser une foule qui se forme en vu des prochains shows.
Cependant pas le temps de souffler ou de se désalterer au stand biere que la nouvelle bande de Mike Patton débarque sur scéne. C’est l’heure de Tomahawk. Et à ce moment là les nuages deviennent menacant. Mais pour le groupe californien la réplique est simple. Le soleil est présent dans les tatouages des australiens et sans plus attendre les titres du groupe se succédent sur scéne avec dés l’introduction avec God hates a Coward issu de leurs premiers efforts. Le groupe est un habitué de la scéne australienne. Et ils savent séduire !!! Car malgrés l’arrivé de la pluie, et par ici ce n’est pas du crachin, la foule reste compact pour se délécter des ambiances sensuelles et explosives des quatres efforts du groupe. Sur Stone letter la foule danse comme si elle voulait accentuer la pluie et rendre hommage aux inspirations du groupe. Et malgrés cet aléas de la météo, le public du soundwave est plus que présent.

Anthrax

Néanmoins des échos se font entendre de la part des organisateurs. La violente dépréssion qui a touché l’ensemble de la région de Brisbane et du nord de Sydney a mis à défaut certains camions qui étaient chargé d’emenner le materiels des differents groupes. Pour le moment le public ne ressent pas de changements mais il est possible que le programme soit remanié. Mais pour le moment l’ambiance devient Cressendo, et le public en redemande. Toujours sur la scéne une les têtes d’affichent se succédent. A peine remis du show  magistral et planant de Mike Patton et ces boys que c’est au tour de Bullet for my Valentine de tenir le haut de la scéne. Les gallois qui viennent en plus de sortir leurs quatriéme effort ont de quoi remuer les foules. Certes le coté Heavy du début à changer pour passer à un pseudo émocore. Mais l’alchimie est là ! Dés les premieres secondes les bases sont mises et les boys ne sont pas là pour rigoler. C’est lourd, très lourd mais c’est propre. Matt joue avec sa voix pour exciter la foule. Et le combo basse batterie fait des merveilles. A ce moment là vaut mieux ne pas être à la place de la Pearl Diamond Burst de Moose. La double pédale rayonne à travers le stadium et les titres comme Breaking Point, Temper Temper, 4 words appellent la foule à bouger. Là ou sur Tomahawk l’ambiance était à la dance et à l’atmosphère planante. Ici c’est le pogo et les jumps qui font leurs lois. Mais bon il est temps de s’abreuver et de voir ce qu’il se passe sur les autres scénes.

Ainsi après un passage rapide au stand biere et hamburger, j’arrive face à la scéne 3 ou le mot halluciner est faible. Sur le programme il était noté special Guest. Et là sur cette petite scéne se trouve le groupe Puscifer. Oui la nouvelle formation de James Maynard joue les troubles fêtes. Un set de six titres sont envoyé pour les curieux qui n’en reviennent pas. Le dieu Maynard est là il enchaine les titres des deux albums du groupe. Nous sommes dans une ambiance qui est à des années lumieres de ce qui se passait dans le Stadium. Ici c’est ambiance campus. Le public est sur l’herbe et il reprend en chœur les titres Dozo, Vagina Mine ou encore Man Overbord. Et là dans la tête du public c’est l’hallucination car dans a peu prés deux heures il sera de retour dans une toute autre ambiance.

Maynard


 Suite à cet interlude hors catégorie j’arrive sur la scéne 2  ou un certain Billy Talent fait mouiller l’ensemble des petites culottes de la jeunesse australienne. Le canadien sait comment s’y prendre. Et il faut dire que ici l’ambiance est bien différente. Nous sommes plus dans une ambiance teenagers. La moyenne d’âge est proche de la vingtaine. Malgré les interdictions au moins de dix huit ans la fosse est bien remplis et les succés du groupe sont repris. Et Benjamin fait monter la sauce (blanche) pour annoncer la venue de ces amis Sum41. Mais c’est à ce moment là que l’organisation du Soundwave est mise à l’épreuve. Le matos des canadiens n’est pas encore arrivé. La batterie de Steve est absente. Oui un des camions du groupe est encore sur la route du site. Pour expliquer la chose, la veille le soundwave se tenait à Brisbane. Et il y a une distance de 730 kilomètres entre les deux sites. Et là la pluie de la nuit n’a pas arrangé le traffic routier déjà assez dense. Et le pire est à venir. Un des organisateurs se presentent pour calmer la foule qui s’en prend après Sum41 qui n’est pas encore là pour annoncer le nouveau programme. Et là douche est froide pour certains, bien froide. Car sur la scéne 2 était prévu Sum 41, Cypress Hill, Paramore, Garbage, Offsrping et Blink 182. Et là le programme est repris à zéro. Sum 41 aura 20 minutes de retard, le camion est dans le site, il s’apprete à livrer son materiel. Cypress Hill fera bien son show, cependant le camion de Garbage est encore bloquer sur la route de Brisbane, donc le groupe annule sa prestation. Pour Paramore c’est une autre histoire. Le camion est à deux heures de Sydney. Le groupe devient donc headliner et devra faire face à Metallica qui sera sur la scéne 1. Le groupe Shark jouera le groupe tampon en l’absence de Garbage pour permettre à Blink 182 de jouer quand la nuit tombera qui sera ensuite suivit de Offsrping. Oui une annulation de groupe, et un changement majeur pour le jonglage des scénes. Parmi les annulations il est à noté que Garbage n’est pas le seul groupe à subir les affres du temps. Killswitch engage a été obligé d’annuler sa prestation pour les même raisons.

Les vingts minutes se passent et Sum 41 arrive sur scéne. Bon là c’est du retour au lycée. Mais le retour est violent Deryck arrive sur scéne complétement shooté et saoul. Avec le soleil qui brise la couche nuageuse, le fronteman du groupe a du mal à tenir. Ca ne l’empeche pas de jouer les hits du groupe. Mais sa prestation scénique est déplorable. Cependant le public n’en tient pas compte et saute et pogotte sur les titres du groupe. A mon grand étonnement le groupe a sut garder son public. Arrive le titre Into Deep, le hit en puissance du début des années punk californien 2000. Et là la fosse change de visage. C’est un pogo général qui est lancé. Les slams sont de la partie malgrés l’interdiction. Du jamais vu depuis le début des festivités. Il est bientôt 16h et le public est devenu chaud comme de la braise. Hallucination mais qui laisse songeur avec les futurs  groupes qui arrivent.
Car la suite s’annonce differente avec Cypress Hill qui vient nous livrer son hopcore acide. Sur une scéne minimaliste. B real et Dj Muggs tiennent la foule en joue avec leurs hits en puissance. Ce changement de ton apporte de la nouveauté mais aussi permet de faire redescendre la temperature des fosses. Cependant meme si les pogos se sont tus le public est toujours là à chanter avec le groupe les hits de plus de vingts ans de carrieres.

Mais il est temps pour moi de quitter la scéne 2 pour migrer vers la scéne 1. Oui j’ai rendez vous là bas avec l’homme du SoundWave. Il s’agit de James Maynard qui va officier sa messe avec A Perfect Circle. Le groupe superstar se présente sur une scéne minimaliste. Mais ce n’est pas le décor qui fait foi. Annihilation ouvre le bal suivit par Imagine. Billy Howerdel fait rêver avec son jeu particulier tout comme James Iha qui prend le piano par moment pour accentuer l’ambiance de A Perfect Circle. Et à ce moment de la journée l’ANZ stadium est full. Tout le public migre vers la grande scène pour être aux premieres loges. Et A Perfect Circle donne le la. Les titres s’enchainent et la foule australienne s’en délectent avec une allégresse sans nom. C’est agréable de voir autant de personne prendre autant de plaisir à voir la bande de Maynard se déchainer sur scène. En fait le groupe joue dans la simplicité hormis Howerdel et Matt McJunkins qui bougent sur scène Maynard et Iha restent sur leurs socles. Mais leurs présences et leurs charismes en impose à eux seuls. Le jour commence à diminuer et cette ambiance à des envolée magiques. Oui A Perfect Circle marque ici un retour en grande pompe. Et pas besoin d’artifice pour tenir un public. Et c’est sur d’énorme « encore » in french chez les australiens que le groupe quitte la scène.  Une heure de pure folie ou nos oreilles n’en croient pas leurs yeux.

Suite à autant de perfection, la suite est glaciale… Linkin Park prend possession du stade pour une heure. Bon pour être rapide c’est propre, carré et net. Oui c’est du David Guetta pour ado énervés. Le guitariste passe son temps à faire coucou tandis que Joe Hahn pianote sur son clavier 4 touches. Oui hormis Chester qui saute et qui chante toujours la même chose Linkin Park fait son show. Il le fait tellement bien qu’à un moment Chester arrête le concert car une personne est tombée. Super Chester fait dans l’humanitaire et bloque pendant plus de cinq minutes le shows. Bon est utile de s’attarder ? Je ne pense pas. Surtout que la nuit tombe et que le public n’a qu’un mot à la bouche METALLICA.

METALLICA

Il est 20h30, le panneau du stade demande au gens de remonter dans les gradins. La fosse est fermée, l’ANZ Stadium est complet. Le public en appelle après les four horsemens. Et l’attente prend fin avec l’introduction du bon la brute et le truand. Attention, là on ne rigole plus. Nous sommes passé dans la case célestocosmique. Nous sommes en orbites autour des dieux. Ecstasy of gold de Ennio Morricone s’achéve et c’est Hit the Lights qui prend la releve. Ca y est le chaos est sur terre. Le public saute, chante et le groupe impose de sa présence. Au premiers abords j’hallucine devant le jeu de drums de Lars Ulrich. J’ai l’impression qu’il a changé sa façon de frapper. Et je remarque que je ne suis pas le seul à me faire cette remarque. Car de nombreux fans australiens relevent aussi se détail. Et au final c’est agréable, car les morceaux qui étaient déjà excellent prennent là plus de saveurs. Je ne soulignerais pas que ces frappes cumulées au jeu de basse de Rob Trujillo. Oui le stade tremble et les public en redemande. James Hetfield impose de son jeu sur la scéne dépouillé d’artifice hormis un écran géant. Les grands titres s’enchainent avec Master of Puppets ou le public scande le Master tout comme sur sanitarium. Nous sommes dans une autre dimension aux frontières du réel. Metallica est ici chez lui. Et c’est avec grande aisance que le groupe discute avec le public. Les anecdoctes fusent tout comme les clins d’œil. Pour exemple James s’amuse à mettre en avant le médiator avec lequel il joue. Il s’agit ni plus ni moins d’un médiator aux couleurs de l’Australie. Et rien que cette image, c’est une explosion de joie dans le stade. Qui aurait crut ?

Puis c’est l’explosion, la scéne s’enflamme des coups de canons retentissent c’est One qui arrive avec un James qui nous enchante par cette introduction haute en couleur. Le spectacle est saisissant, nous somme tous portés par les riffs de Kirk Hammet qui embrase l’ensemble du stadium. Oui ce n’est pas un spectacle comme les autres. C’est Metallica au sommet de son art !!!

Nothing else matters et Enter Sadman cloture le set de plus de une heure et demi de riffs et de break en tout genre. Le public est en transe et il scande le nom de Metallica à en faire vibrer les structures métallique du stade. C’est un instant unique en son genre. James revient au micro pour remercier l’Australie et la grande famille des fans de Metallica. Il demande au plublic de rendre hommage à Rob qui fête cette année ces dix ans en tant que bassistte. Le public est en extase et joue le jeu Rob apparait et offre un solo de plus de cinq minutes à la basse. Les cordes vibrent et le sol tremblent sous les pas d’un public impatient d’une telle prestation. Lars revient derriere les futs et accompagne le bassiste sur sa prestation. Creeping Death est lancé et le stade exulte c’est du jamais vu c’est completement hors normes. Les titres se suivent et le final arrive avec Seek & Destroy ce titre est dédié au public !!! Les four horsemens se lachent et donne tout ce qu’ils ont dans cet outro. C’est la folie le stade est aux abois. James reprend le micro et remercie de tout son cœur cette aventure fantastique et la dédie au public, car c’est grace à lui que le groupe est ce qu’il est devenu aujourd’hui. Le show prend fin et les organismes de sécurités font leurs entrées.

Mais en final il n’y avait pas que Metallica. Car sur les autres scénes se jouaient des shows d’une autre envergure avec Bring me the Horizon qui eut aussi ont fait un show tout feu tout flamme. Tout comme sur la scéne 2 avec Paramore qui a gagné en prestance et en puissance. Le groupe de Hayley a réussi à tenir tête face au mastondonte qu’est Metallica. Et ils ont proposé pendant plus d’une heure l’ensemble de leurs hits. De Monster à Misery Bussiness en passant par Now, la rousse sulfureuse à réussi à tenir en haleine un public en manque de sensualité. Et il faut dire qu’elle ne c’est pas caché pour électriser la foule.

C’est avec ces images pleins la têtes et les oreilles bercés par les guitares saturées des plus grand groupe que le Soundwave festival tire sa reverence à Sydney. Et je resterais toujours scotché face aux talents des organisateurs. Ils arrivent à faire évacuer plus de 250 000 personnes en un clin d’œil. Pas de temps d’attente on sort de l’enceinte du festival . Des agents de sécurités nous guident vers la gare ou les parkings. Et hop en moins d’un instant nous voilà au centre de Sydney assis autour d’une table a siroter un Guiness bien fraiche et à se remémorer les instants  de ce fucking Festival

paramore

Nota les photos sont pas de moi. J'attends les photos d'un pote mais je vous ais mis celle des photographes officiels.


You're pretty when i'm drunk.

Kamen

  • Waffou
  • What lies behind the mask...
  • Messages: 7 828
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #13, le 3 Mars 2013 à 14:41 »
Comment fait-on pour survivre a un truc pareil ? Il faut un entrainement special et des max de cachetons et de vitamines ? :o

Bon, ca t'a visiblement mis en transe, tant mieux ! :yaisse:
永遠に、あなたのモノ・・・

squekky

  • Adulescent inside
  • Waffou
  • what's my age again
  • Messages: 3 682
Re: [Festival] Les gros concert de l'hémisphere sud
« Réponse #14, le 4 Mars 2013 à 02:27 »
Rien du tout mon cher Kamen.

Juste une bonne nuit de sommeil. En tout cas ce fut l'extase. Metallica et Perfect Circle fuerent un de mes meilleurs concerts.
J'hallucine encore devant leurs prestations. Et là j'ai qu'une hate voir le listing de l'année prochaine  :p.

En tout cas les australiens sont vraiment fort pour la gestion des foules pour des évents de cette taille. :classe:


You're pretty when i'm drunk.