Kamen

  • Waffou
  • What lies behind the mask...
  • Messages: 7 867
Re : On se re-fait un cinoche ^^
« Réponse #2040,  »
Isle of Dogs
Le Wes Anderson nouveau en stop-motion (comme le précédent, et bien gonflant Fantastic Mr. Fox) est arrivé, et quelle claque ! Outre la prouesse technique (des fourrures animées en stop-motion, des effets de vent en permanence, notamment avec un ventilateur), c'est bien la prouesse artistique qu'il convient de saluer... Mais d'abord, l'histoire ! En peu de mots, dans un futur pas si lointain, un conglomérat japonais d'amateurs de chats crée de toute pièce une épidémie afin de metre en quarantaine les chiens sur une île-dépotoir. Le jeune Atari Kobayashi, pupille du maire au coeur de ladite conspiration, part sur l'île à la recherche de son chien.

Que dire ? Animation au poil, littéralement. Séquences ahurissantes de réalisme (ce qui rend la chose pas forcément conseillée aux enfants, cf. la transplantation) ou de poésie (les sushis). Musique très rythmée, mix de rythmes japonais, jazz obsessionnel et remix de classiques comme Lieutenant Kijé, le mélange fonctionne étonamment bien, comme les paysages (un dépotoir géant !) ne manquent jamais de poésie. Le casting vocal est ahurissant (Bill Murray, Scarlett Johanson, Edward Norton, Jeff Goldblum, Tilda Swinton, Yoko Ono, etc.). Les voix, parlons-en. Les chiens parlent en anglais, les personnages japonais... en japonais, sans sous-titre ! Au public de devinier ce qui est dit ou écrit, parfois avec l'aide de panneaux en anglais ou d'un personage servant de traducteur en simultané (les combinaisons sont multiples et intéressantes, un peu comme dans The Shape of Water pour le LSI). J'ai lu à ce sujet des critiques d'une bêtise PC affligeante, comme quoi le jeune Atari n'a que des dialogues simples à deviner, et le Japon représenté est fantasmé et abêtissant. Je pense qu'un jeune garcon de 12 ans, parlant à des chiens, ne s'exprimerait pas différemment dans la vraie vie. Ensuite, comprenant tout ce qui est dit, j'ai trouvé que la performance des acteurs japonais était passionnante et vraiment idéale.
Multiples références au cinéma japonais, aux westerns, mélange des genres (animation traditionnelle pour les séquences filmées en camera diégétique), humour des situations (l'imagination de Chief quand il parle avec Nutmeg !) et des dialogues à la Anderson, enfant décalé mais attendrissant, il y en a pour tous les goûts, et l'on ne s'ennuie pas un instant. Chaudement recommandé !
永遠に、あなたのモノ・・・

Battou

  • Papaya Mango
  • Waffou
  • Respectable Housewives.
  • Messages: 8 479
Re : On se re-fait un cinoche ^^
« Réponse #2041,  »Modifié
Jurassic World : The Fallen Kingdom :

J'assume les burpees que je risque de faire ce soir mais, après avoir vu le film et avoir murement réfléchi... C’est décevant voire, pas vraiment très bien. La raison est simple, c'est que malgré la "baston finale", j'ai eu le cœur un peu serré pendant quasiment tout le film car ai eu l'impression qu'on trahissait, qu'on désacralisait ces nobles bestiaux.

Alors s’il est vrai que le premier avait ses défauts, voire pire, avait un scénar complètement con, l'essentiel était assuré et World1 remplissait clairement son contrat de film crétin mais jouissif, une bouffée d'oxygène au milieu des drames sociaux existentialistes et marveleries.

Ici donc, on s’est dit qu’on ferait plus sérieux, plus « sombre » et traiter donc les conflits moraux et éthiques du tour de magie réalisé par Hammond et ses sbires. En soit, et la seule réussite à ce niveau, est le speech de ce brave Pr Malcom devant le Sénat qui sert de fil conducteur au film. Sauf que quand on commence d’un pitch complètement con qu’est « allons sauver quelques dinos de l’extinction d’une île qui va exploser » alors que, remember Jurrassic Park 2, on apprenait en fait qu’une seconde île dépourvue de toute présence humaine existait pour laisser les dinos gambader en paix… Malheureusement ce « conflit » moral est un peu lâché en cours de route, voire même ponctué d’un twist traité de manière quand même très nonchalante.

Alors donc, dans un film au scénario qui se voulait plus travaillé et « premier degré », il est donc un peu dur de pardonner les quelques WTFequeries (tranfusion sanguine inter-espèce, mais bien sur…) et autres motivations plutôt absconses (je n’ai toujours pas compris pourquoi Dr Chinese ténébreux avait ABSULUMENT besoin du Raptor). Dur également de pardonner la brochette de personnages caricaturaux, entre personnages conçus par et pour « Le Cinéma est Politique » et badguys « Mwahahahahaha que je suis vil et sournois ». Passons également la galerie des « acheteurs » et leur bonne tronche de mafieux, bien entendu russes ou chinois… une petite mémé qui voulait juste s’acheter un Allosaure pour jouer à la baballe avec Kiki ou un jeune starteupeux milliardaire mais à conscience écologique car roule en Tesla qui achète un Tricé pour le relâcher dans la nature, ça, ça aurait apporté de la crédibilité.

Alors on en sauve quoi, de ce film ? Eh ben quelques scènes quand même bien haletantes qui montrent quand même que ce film a été réalisé par quelqu’un qui sait faire des films. La scène de la gyrosphère qui coule dans l’océan est asphyxiante d’angoisse et l’Idoraptor qui s’infiltre par les toits dans la chambre de la gamine sont mémorables. Il y’a aussi les surfeurs qui se font bouffer par le Mosasaure mais, bon, là c’est parceque c’est moi qui aime ce genre de scènes…

Non, sérieusement, le film en tant que film est, outre les quelques défauts de scénario, plutôt réussi, car il est bien fait et très bien mis en scène, mais en tant que Jurrassic Park, ça ne passe pas :
(cliquez pour montrer/cacher)
Des dinos enfermés dans des hangars en attente d’être vendus à des véreux et qui manquent de suffoquer à la fin, ça fait mal au cœur, franchement.

Worst film ever…. Mais pas autant que le 3, faut pas déconner.
Stupid snake ! You won't be having Jesus Christ Lizard today, will you ? Shame on you ! :o